11 novembre, 2007

carnet (5)

Cet été, régulièrement, un habitant de la place des orphelins venait s'asseoir, pieds nus, sur un banc du parc. Dans le silence alangui du milieu de l'après-midi, il jouait de sa flûte.





cliquer sur l'image pour l'agrandir

2 commentaires:

Anonyme a dit…

"ah oui je me souviens...
il y avait aussi des pigeons !"
Antoine ...

pierre braillon a dit…

c'est vrai. Ils tournent en rond.