17 août, 2009

La fontaine de Margatte- (16)- final !



Voilà, chers lecteurs, le dénouement de cet insoutenable suspense... planches 8 & 9 de La fontaine de Margatte, qui devrait paraitre au sein du recueil "Contes Celtiques", aux éditions Petit-à-petit.


7 commentaires:

j.etienne a dit…

C'est toi sur la toute dernière case?J'aime particulièrement cette case pour sa simplicité et sa clarté.Peut-être rajouter une sorte de filtre coloré pour les cases sous l'eau pour mieux les différencier?

pierre braillon a dit…

Salut Etienne !
oui, oui, 'est moi et la petit famille.
Ah les cases sur l'eau, m'en parle pas, c'est le foirage complet. Oui, j'ai pensé à rajouter un fitre, et puis je me suis dit que ce serait pire encore, et qu'on ne m'y reprendrais plus. J'ai manqu" de temps, de doc,de courage, de talent... brrr !

j.etienne a dit…

ha,ha,n'importe guoi!ça m'arrive de placer un filtre pour"unifier un plan et franchement c'est une solution simple et efficace.En fait,on comprends qu'on est sous l'eau dans ces cases,mais elle sont eclairées de la même façon que le reste.Manque de temps et de courage,OK!mais sûrement pas manque de talent.

pierre braillon a dit…

Franchement, Etienne, faut savoir reconnaitre ses limites... Tu me donnes quand même envie d'essayer après coup. tu as raison, elles sont éclairées comme le reste, mais c'est partie d'une reflexion un peu abstraite, qui était: L'eau qui envahit tout c'est l'eau du ruisseau, donc elle est très claire, transparente, je n'ai pas de raison de changer les couleurs. Et à l'oeil, rien à dire, ça ne fonctionne pas.

Après j'ai essayé de faire des essais avec des reflets dansants, et c'est là qu'intervient le facteur "manque de talent", vu qu'inévitablement, on croirait qu'un poisson malicieux et vraiment très adroit a peint des traits sur les personnages... Bref, laissons là mes complexes.

J'avais sous le coude un vieux "golden book" de mickey à la plage, dans lequel il passe pas mal de temps sous l'eau. Et les images sous marines utilisent ce procédé très simple (et assez grossier) des traits blanc symbolisant le courant. Bon, dans Mickey ça fonctionne, chez moi, bof bof, peut-être parce que les arrières plans du livre sont très simples, sans effet de profondeur, tandis qu'il y en a dans les miens, qui par ailleurs sont assez chargés.

Enfin, j'éviterais les scènes sous marines à l'avenir...

Puisque je t'ai sous la main, je voulais aussi te dire que j'ai suivi ton conseil et suis passé à la gouache... C'est une vraie révélation ! ça me correspond infiniment plus que l'acrylique tel que je l'utilisais depuis quelques temps.
Donc merci de m'avoir encouragé à franchir le pas...

A plus !

j.etienne a dit…

pour le filtre ,je pensais à un simple bidouillage photoshop,j'ai oublié de préciser(à la main,c'est trop casse-gueule bien sûr).
C'est vrai que la gouache permet des choses très fines mais il vaut mieux être sûr de sa couleur à la première application et éviter les superpositions de couches(l'avantage de l'acrylique)

Anonyme a dit…

Salut Pierre, Hé bien quelle avancée! on tourne le dos juste le temps des vacances et POUF des cases partout ^^
allez...je recule..
ff.

pierre braillon a dit…

coucou francine,
j'espère que les vacances ont été bonnes !